Une école suisse ouverte au monde

Journée des Droits de l’Homme à l’ONU

Retour

Journée des Droits de l’Homme à l’ONU

Le 7 décembre 2016, un groupe d’élèves de Florimont répondait à l’invitation de la délégation de l’Union Européenne aux Nations Unies qui voulait ainsi célébrer la journée des droits Humains. Un des mandats de la délégation de l’UE est en effet de promouvoir le respect des droits de l’Homme dans le monde, notamment par son travail avec la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies. Une occasion pour les élèves de s’immerger dans le monde de la diplomatie internationale et, en particulier, de questionner la capacité de l’Union européenne à agir en faveur de la mise en place des droits humains.

Laissons la parole à Pauline Dufour, une des élèves participante: “cette matinée m’a permis de me familiariser avec les différent « outils » et instances que l’ONU peut mettre en place pour pénaliser les pays qui ne semblent pas respecter les droits humains. Malgré quelques termes techniques, cela nous a permis de mieux comprendre cette organisation. Finalement, à part dénoncer des abus et conseiller les pays à mieux se tenir, il est vrai qu’il réside au sein de cette délégation des droits de l’homme une forme d’impuissance vis à vis de pays comme la Corée du Nord ou toute discussion est stérile. Ainsi l’ONU joue un rôle concernant les droits humains dans le sens ou elle sensibilise et informe le monde de situations que l’on peut qualifier d’alarmante mais ces méthodes de pression peuvent être qualifiées de insuffisantes. »

Nous retenons en effet que les diplomates dévoués, compétents et impliqués n’ont pas une grande capacité d’action, d’influence sur le cours des choses, si leurs constats, leurs recommandations, leur volonté ne sont pas relayés par les élus des États membres… Pourtant le travail réalisé a son utilité: une diplomate danoise rappelle que, lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies est bloqué (en ce début décembre 2016 à cause du veto de la Chine et de la Russie sur la question Syrienne et la situation à Alep en particulier), la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies peut continuer d’avancer. Elle n’a pas de moyen de pression directe, donc pas d’outils pour contraindre les pays à aller dans le bon sens, mais elle récolte des informations et produit des avis et des rapports qui peuvent servir de base à des actions gouvernementales ou internationales. Pour elle, “la diplomatie est un métier où il faut croire farouchement au pouvoir des mots…

S. Montessuit, S. Verdan, O. Siegrist

 

Adresse

Institut Florimont
Avenue du Petit-Lancy 37
1213 Petit-Lancy
Suisse

Contact

T + 41 22 879 00 00
F + 41 22 792 09 18
E reception@florimont.ch