Infirmerie

L’infirmerie fonctionne avec un personnel à plein temps qui est le référent santé de l’établissement. Elle assure les soins courants, les urgences et le suivi des maladies chroniques. Elle accueille et écoute les élèves pour quelque motif que ce soit et est tenue au secret professionnel.

L'infirmerie travaille en relation étroite avec le médecin répondant de l’institut, le Dr Samuel Amselem, pédiatre, qui a son cabinet dans un immeuble voisin.

Les infirmières collaborent avec tous les services de l’Institut et transmettent les valeurs de Florimont et une éducation à la santé selon l’âge de développement de l’enfant.

Tout au long de l’année, les infirmières identifient l’état de santé de chaque élève sur la base des éléments recueillis dans les formulaires suivants : le rapport de la visite médicale d’entrée et la photocopie du carnet de vaccination. Cela leur permet d’établir le Carnet de santé.
­

La collaboration des parents est indispensable surtout lors de situations suivantes :

- Prise en charge des élèves présentant des affections chroniques:

Ce sont des élèves qui nécessitent des traitements de longue durée tels qu’anti-allergiques, anti-inflammatoires, anti-épileptiques, et pour le diabète.

Les parents signalent les affections connues et celles qui se déclarent en cours d’année.

Les infirmières de Florimont reçoivent les parents pour un entretien parfois pluridisciplinaire ; cela permet de faire un bilan de la santé de l’élève et de prévoir les mesures en cas d’urgence. Dans ce dernier cas, un protocole d’urgence est défini d’entente avec les parents, sur la base de la prescription médicale. Les médicaments de réserve pour l’infirmerie sont remis à ce moment-là.
Les régimes alimentaires sont signalés aux infirmières qui les inscrivent dans le carnet de santé et les transmettent à qui de droit.

- Prise en charge des élèves présentant une affection de santé aiguë :

Les parents signalent les situations potentiellement aiguës qui nécessitent des médicaments lors d'une affection soudaine.

Les enfants atteints d’asthme transportent souvent du Ventolin sur eux. Même s’ils sont normalement capables de gérer leur traitement, les parents informent l’Institut pour le suivi à l’école et notamment pour l’organisation des sorties de sport et sorties de classes.

Un élève peut avoir besoin d’un médicament destiné à arrêter un choc allergique ou une crise épileptique. Ces traitements sont destinés aux personnes auxquelles ils ont été prescrits, à utiliser selon des consignes très précises.
D'entente avec les parents, un protocole d’urgence sur la base de la prescription médicale est établi et les médicaments en réserve pour une affection de santé aiguë sont remis à l'infirmerie.

- Prise en charge des élèves présentant une affection passagère :

Parfois une affection survient pendant les heures d’école par exemple un mal de tête ou de ventre, une entorse, une contusion, une plaie.
Les symptômes d’une maladie qui se déclare pendant la journée ou un accident peuvent gêner le bien-être de l’élève, rendant difficile le retour en classe. Les premiers soins seront prodigués à l’infirmerie et la surveillance peut se faire pendant une heure au maximum sans interrompre le bon fonctionnement de l’infirmerie.
Si l’élève ne peut retourner en classe, l’infirmière avertit les parents qui doivent récupérer l’enfant dans un délai d’une heure, pour le bien-être de l’élève et le bon fonctionnement de l’école.

Si les parents sont injoignables, l’Institut prend toutes les mesures utiles, notamment organiser une consultation médicale en urgence chez notre médecin répondant ou un médecin de garde.

Parfois les parents demandent d’administrer, durant la pause de midi, un médicament qui sera gardé au frigo de l’infirmerie. Les parents doivent absolument transmettre la prescription médicale, faute de quoi l’infirmière ne pourra pas donner le traitement.